Enseignement à distance : les députés tirent un  bilan nuancé de la continuité pédagogique

Publié par Mission Société Numérique
Actualités 02.06.2020

Durant le confinement, du 16 mars au 11 mai, une adaptation radicale des modes d’enseignement  a été nécessaire afin d’assurer une continuité pédagogique.

La Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblee Nationale a entrepris tirer un premier bilan des dispositifs  mis en place par le ministère de l’education nationale et les établissements pour « permettre aux élèves de poursuivre, de manière aussi complète et sérieuse que possible, les enseignements dont ils auraient bénéficié en présentiel ». Elle plaide, en conclusion pour le développement d’un numérique éducatif souverain dans lequel les initiatives privées auraient toute leur place.

« Outre les divers environnements numériques de travail (ENT) dont sont dotés la plupart des établissements du secondaire, les enseignants ont eu recours à des moyens nouveaux, mis en oeuvre à l’échelle nationale » observent les parlementaires.

Le rapport de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation dresse un bilan   plutôt positif de la plateforme intitulée « Ma classe à la maison », deployée par le Centre national d’enseignement à distance (CNED) : « La plateforme s’est avérée très robuste ; elle a supporté une montée en charge rapide puisque le million d’utilisateurs a été atteint dès les premiers jours, pour s’établir à près de 2,5 millions au début du mois d’avril ».

 « La classe virtuelle a rencontré le même succès », observent les parlementaires, « avec environ 230 000 classes tenues par jour. Aucune interruption de service n’a été à déplorer, à l’exception d’une, très brève, due à une erreur de manipulation. On estime que la plateforme pourrait supporter jusqu’à 12 millions d’usagers sans encombre »

Les députés portent un jugement tout aussi positif sur le  dispositif « Devoirs à la maison »  mis en oeuvre, à l’échelle nationale, par le groupe La Poste et le ministère de l’Éducation nationale, afin de remédier aux situations de fracture numérique. « Ce service a été mis en place très rapidement, et a été opérationnel le 10 avril en métropole et le 17 avril outre-mer. La longueur des documents, de six pages au départ, a été portée à 60 pages en fin de confinement. Environ 7 000 devoirs ont été transmis par jour, le chiffre de 14 000 ayant été atteint le 4 mai. Un million de pages ont été transmises au total, par 25 000 utilisateurs ».

Des difficultés persistantes et à venir

« Malgré les efforts et la créativité des équipes enseignantes, la continuité pédagogique n’a pas pu être assurée partout ni pour tous les élèves », déplorent cependant les députés. « Pour certains, il a fallu se contenter d’un simple « suivi » pédagogique, plus réaliste au les manques et les insuffisances des outils de communication numériques mis à leur disposition, à utiliser par défaut des modes de communication dérivés et des outils commerciaux mal sécurisés, essentiellement anglo-saxons, pour communiquer avec leurs élèves et leurs familles ».  

« La continuité pédagogique s’est tout d’abord heurtée aux insuffisances d’équipement informatique et de connexion des élèves voire, pour certaines familles, à une indéniable fracture numérique qui dépasse les seuls problèmes matériels. (…)   

Quant aux enseignants, « l’urgence de la crise les a souvent conduits, pour pallier les manques et les insuffisances des outils de communication numériques mis à leur disposition, à utiliser par défaut des modes de communication dérivés et des outils commerciaux mal sécurisés, essentiellement anglo-saxons, pour communiquer avec leurs élèves et leurs familles ».  

 

Mission Société Numérique

La Mission Société Numérique est une mission d’appui aux collectivités et aux acteurs de proximité sur les questions liées au numérique. Elle met en œuvre un programme d’actions pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et favoriser le développement numérique des territoires. Elle pilote les plans “Numérique Inclusif” et “Tiers-Lieux” du Gouvernement.

Articles en lien

Actualités 18.03.2020
Éclairages 03.07.2019
Actualités 22.05.2020
Actualités 28.04.2020
Actualités 08.04.2020
Actualités 27.03.2020
Actualités 06.03.2020

Commentaires

  1. OlivierCalderon 04.06.2020

    En complément d’information, la plateforme PRONOTE qui équipe plus de 7 700 collèges et Lycées a été un acteur central de la continuité pédagogique durant la période de confinement l a plateforme d’hébergement a enregistré des pic à 15 millions de connexions/jour. Les élèves et les enseignants y ont échangé pour plus de 10 téra de données, et les enseignants y ont conçu plus d’un million d’exercices !

  2. Louis Derrac - Quelle place donner au numérique dans « l'école d'après » ? [Feat Le Mouton Numérique] 10.06.2020

    […] Rapport de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation […]

  3. Louis Derrac - What place should be given to digital technology in the " school that comes"? [Feat Le Mouton Numérique] 12.06.2020

    […] Report of the French Committee on Cultural Affairs and Education (in French) […]