L’intelligence collective mobilisée pour lutter contre la menace des coronavirus

Publié par Mission Société Numérique
Éclairages 17.03.2020

L’unité « Intelligence collective » de NESTA, l’agence d’innovation britannique, a entrepris de recenser différentes initiatives qui tirent parti de l’intelligence collective prévoir, surveiller et trouver des solutions à la pandémie COVID-19. 

Faire face à l’émergence d’une nouvelle pandémie mondiale est une tâche complexe. L’intelligence collective est désormais mise en oeuvre dans le monde entier par les communautés et les gouvernements pour y répondre.

Dans sa forme la plus simple, l’intelligence collective est la capacité d’action accrue lorsque des groupes de personnes répartis travaillent ensemble, souvent avec l’aide de la technologie, pour mobiliser davantage d’informations, d’idées et de points de vue afin de résoudre un problème.

Ces dernières années, les progrès des technologies numériques ont transformé ce qui peut être réalisé grâce à l’intelligence collective – en connectant un plus grand nombre d’entre nous, en augmentant l’intelligence humaine grâce à l’intelligence des machines et en nous aidant à générer de nouvelles idées à partir de nouvelles sources de données. Elle est particulièrement adaptée pour faire face à des problèmes mondiaux complexes et en évolution rapide, tels que les épidémies.

Voici sept façons dont elle s’attaque à la pandémie de coronavirus :

1) Prévision et modélisation des épidémies

Le 31 décembre 2019, la plateforme de surveillance de la santé Blue Dot a alerté ses clients de l’apparition d’un virus de type grippal à Wuhan, en Chine : neuf jours avant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne publie une déclaration à ce sujet. Elle a alors correctement prédit que le virus allait se propager de Wuhan vers Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo.

Blue Dot combine des ensembles de données existants pour créer de nouvelles perspectives. Le traitement du langage naturel, les méthodes d’IA qui permettent de comprendre et de traduire des textes créés par l’homme et les techniques d’apprentissage automatique qui permettent d’apprendre à partir de grands volumes de données, passent au crible les rapports sur les foyers de maladie chez les animaux, les bulletins d’information en 65 langues et les informations sur les passagers des compagnies aériennes. Blue Dot complète le modèle généré par la machine avec l’intelligence humaine, en s’appuyant sur des compétences diverses allant des épidémiologistes aux vétérinaires et aux écologistes pour garantir la validité de ses conclusions.

2) Science citoyennes

La BBC a mené un projet de science citoyenne en 2018, qui impliquait des membres du public dans la production de nouvelles données scientifiques sur la manière dont les infections se propagent. Les personnes ont téléchargé une application qui surveillait leur position GPS toutes les heures et leur demandait de signaler les personnes qu’elles avaient rencontrées ou avec lesquelles elles avaient été en contact ce jour-là.

Cette initiative d’intelligence collective a créé une énorme richesse de données qui ont aidé les chercheurs à comprendre qui sont les « super-contaminateurs », ainsi que l’impact des mesures de contrôle sur le ralentissement d’une épidémie. Bien que l’ensemble des données soit encore en cours d’analyse, les chercheurs ont publié des données pour aider à modéliser la réponse du Royaume-Uni à la COVID-19.

3) Surveillance et information en temps réel

Créé par une académie de codage basée sur les données officielles du gouvernement, Covid-19 SG permet aux habitants de Singapour de voir tous les cas d’infection connus, la rue où la personne vit et travaille, l’hôpital où elle a été admise, le temps moyen de guérison et la propagation en réseau entre les infections. Malgré les inquiétudes concernant d’éventuelles atteintes à la vie privée, le gouvernement de Singapour a adopté l’approche selon laquelle la transparence sur les infections est le meilleur moyen d’aider les gens à prendre des décisions et à gérer leur anxiété face à ce qui se passe.

Pour les amateurs de tableaux de bord, la revue technologique du MIT propose un bon aperçu des nombreux tableaux de bord relatifs aux coronavirus qui suivent la pandémie.

4) Exploitation des médias sociaux

Début février, Wired a rapporté comment les chercheurs de la Faculté de médecine de Harvard utilisaient les données générées par les citoyens pour suivre l’évolution de la maladie. Pour ce faire, ils ont exploité les messages des médias sociaux et utilisé le traitement du langage naturel pour rechercher les mentions de problèmes respiratoires et de fièvre dans les endroits où les médecins avaient signalé des cas potentiels.

Cette démarche s’appuie sur les preuves publiées dans un article de janvier de la revue Epidemiology qui a montré que les points chauds des tweets pouvaient être de bons indicateurs de la manière dont une maladie se propage. Il reste à voir si ces initiatives sont efficaces ou si elles succomberont aux problèmes qu’affronte Google Flu Trends.

La réalité de l’expérience du virus par la population est largement absente des reportages des médias jusqu’à présent, mais l’importance des sciences sociales dans la préparation et la réponse aux pandémies est de plus en plus reconnue. Nous devrions donc tous saluer les citoyens de Wuhan qui ont archivé et traduit les données des médias sociaux de l’intérieur de la Chine en rassemblant des chroniques de témoignages des personnes touchées, avant qu’elles ne soient censurées par le gouvernement.

5) Jeux sérieux

Pour accélérer le développement de médicaments contre les coronavirus, des chercheurs de l’université de Washington invitent les scientifiques et le public à jouer à un jeu en ligne.

Le défi consiste à construire une protéine qui pourrait empêcher le virus de s’infiltrer dans les cellules humaines. Le jeu se trouve sur Foldit, un site web vieux de 12 ans qui a reçu des contributions de plus de 200 000 joueurs enregistrés dans le monde entier pour d’importantes recherches sur les protéines. 

6) Kits de test open source

En réponse aux inquiétudes concernant le manque d’accès aux tests pour COVID-19,  Just One Giant Lab (bénéficiaire d’une subvention de Nesta)  est à l’origine d’une initiative pour développer un test coronavirus rapide et bon marché qui pourrait être utilisé partout dans le monde. L’initiative consiste à rassembler des idées de communautés de biologistes bricoleurs, avec l’ambition de les mettre en source ouverte et de partager les conceptions afin que les laboratoires certifiés puissent facilement produire des kits de test pour leurs communautés.

7) Partage des connaissances

Dans cette crise mondiale, le partage de l’intelligence collective sur le virus sera un facteur important de notre capacité à réagir et à trouver de nouveaux traitements. NextStrain rassemble toutes les données des laboratoires du monde entier qui séquencent le génome du SRAS-CoV-2, et les centralise en un seul endroit pour que les gens puissent les voir dans un arbre génomique. Ce dépôt ouvert, déployé sur GitHub, aide les scientifiques à étudier l’évolution génomique du coronavirus et permet de suivre la façon dont le virus est transmis entre les personnes.

Les chercheurs ont également partagé leurs nouvelles découvertes sur le profil génomique du virus par le biais de publications open source et de sites de préimpression tels que BioRxiv et Chinaxiv. Les contenus liés au coronavirus dans les publications scientifiques telles que le BMJ sont provisoirement supprimés et le public exige que les grands organes d’information suivent le mouvement.

Des activistes sur Reddit sont allés plus loin : ils ont contourné les barrières de paiement pour créer des archives ouvertes de 5 312 articles de recherche mentionnant les coronavirus, en invoquant un « impératif moral » pour que la recherche soit ouvertement accessible. Newspeak House propose un manuel d’outils, de technologies et de données pour les technologues qui construisent des choses pour répondre à l’épidémie de coronavirus.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) compile également toutes les recherches publiées dans une base de données mondiale et met à la disposition des professionnels de la santé et des décideurs des ressources d’apprentissage sur la gestion de COVID-19 sur la plateforme d’apprentissage en ligne de l’OMS. Mais ils ont également été critiqués pour ne pas avoir répondu aux commentaires laissés sur leurs chaînes, laissant ainsi un vide au lieu de répondre aux rumeurs et aux faux-semblants.

 

Mission Société Numérique

La Mission Société Numérique est une mission d’appui aux collectivités et aux acteurs de proximité sur les questions liées au numérique. Elle met en œuvre un programme d’actions pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et favoriser le développement numérique des territoires. Elle pilote les plans “Numérique Inclusif” et “Tiers-Lieux” du Gouvernement.

Articles en lien

Outils 17.03.2020
Actualités 06.03.2020
Actualités 16.03.2020
Actualités 15.03.2020