« Transitions 2050 » : quelles implications du numérique dans l’atteinte de la neutralité carbone en 2050 ?

Publié par Programme Société Numérique
Rapports 11.02.2022

« Si la définition de la neutralité carbone est à peu près partagée, le chemin pour l’atteindre reste encore flou, voire totalement inconnu, pour la plupart des décideurs et des citoyens (…). Face à l’urgence climatique, les changements à opérer sont d’une telle ampleur qu’il est pourtant indispensable d’accélérer les débats sur les choix de société à conduire mais le chemin pour l’atteindre reste encore flou, voire inconnu, pour les décideurs et les citoyens ».

A cette fin, l’ADEME soumet au débat quatre scénarios, quatre chemins « types », cohérents et contrastés pour conduire la France vers la neutralité carbone : « Génération frugale », « Coopérations territoriales »,  « Technologies vertes », « Pari réparateur ».

« Cet exercice de prospective inédit repose sur deux ans de travaux d’élaboration, la mobilisation d’une centaine de collaborateurs de l’ADEME et des échanges réguliers avec un comité scientifique et des partenaires et prestataires extérieurs, spécialistes des différents domaines ».

Quatre scénarios

Les quatre scénarios, imaginés pour la France métropolitaine, reposent sur les mêmes données macroéconomiques démographiques et d’évolution climatique (+2,1 °C en 2100). Ils aboutissent tous à la neutralité carbone du pays, mais empruntent des voies distinctes et correspondent à des choix de société différents. Ils « nécessitent une planification orchestrée des transformations, associant État, territoires, acteurs économiques et citoyens ».

Pour chaque scénario, l’ADEME a construit un récit cohérent, décliné dans chaque secteur économique et social, au travers de variables structurantes.

La description des scénarios se décline en huit thématiques : société, alimentation, habitat, mobilité des personnes, technique-rapport au progrès-numérique-R&D, gouvernance (échelles de décision, coopération internationale), territoire (rapport espaces ruraux-urbains, artificialisation), macroéconomie.

Dans le scénario Génération frugale, « des transformations importantes dans les façons de se déplacer, de se chauffer, de s’alimenter, d’acheter et d’utiliser des équipements, permettent d’atteindre la neutralité carbone sans impliquer de technologies de captage et stockage de carbone, non éprouvées et incertaines à grande échelle. De nouvelles attentes des consommateurs, mais surtout de nouvelles pratiques s’expriment rapidement dans les modes de consommation. La croissance de la demande énergétique qui épuise les ressources et dégrade l’environnement s’interrompt, grâce à des innovations comportementales, organisationnelles et technologiques. La transition est conduite principalement grâce à la frugalité par la contrainte et par la sobriété».

Dans le scénario Coopérations territoriales, « la société se transforme dans le cadre d’une gouvernance partagée et de coopérations territoriales. Organisations non gouvernementales, institutions publiques, secteur privé et société civile trouvent des voies de coopération pragmatique qui permettent de maintenir la cohésion sociale. Pour atteindre la neutralité carbone, la société mise sur une évolution progressive mais à un rythme soutenu du système économique vers une voie durable alliant sobriété et efficacité. La consommation de biens devient mesurée et responsable, le partage se généralise ».

Dans le scénario Technologies vertes, « c’est le développement technologique qui permet de répondre aux défis environnementaux plutôt que les changements de comportements vers plus de sobriété. Les technologies et le numérique, qui permettent l’efficacité énergétique ou matière, sont dans tous les secteurs. Les meilleures technologies sont déployées largement et accessibles de manière généralisée aux populations solvables. »

Dans le scénario Pari réparateur, « les modes de vie du début du XXIe siècle sont sauvegardés. Mais le foisonnement de biens consomme beaucoup d’énergie et de matières avec des impacts potentiellement forts sur l’environnement. La société place sa confiance dans la capacité à gérer voire à réparer les systèmes sociaux et écologiques avec plus de ressources matérielles et financières pour conserver un monde vivable. Cet appui exclusif sur les technologies est un pari dans la mesure où certaines d’entre elles ne sont pas matures ».

Quatre scénarios, quatre approches du numérique

Chacun de ces quatre scénarios questionne le poids, la contribution, le statut du numérique dans l’atteinte des objectifs de neutralité carbone : dans quelle mesure les technologies numériques, leurs usages (et donc leur consommation d’énergie), leur mise en œuvre, compliquent-elles la trajectoire vers la neutralité carbone. A quelles conditions pourraient-elles y contribuer.

Les auteurs du rapport intègrent le numérique dans la construction de chacun de ces quatre scénarios. Selon le scénario, c’est une dimension, une facette, une approche du numérique plutôt qu’une autre, qui est mise en avant :

  • « Un numérique collaboratif » dans le scénario Génération frugale
  • « Un numérique au service du développement territorial » dans le scénario Coopérations territoriales
  • « Un numérique au service de l’optimisation » dans le scénario Technologies Vertes
  • « Un Internet des objets et l’intelligence artificielle omniprésents » dans le scénario Pari Réparateur.

Ces différentes approches dans la mise en œuvre et la mobilisation des technologies numériques entraînent des niveaux de consommation différenciés dans les centres de données (second vecteur d’impacts environnementaux, après les terminaux, selon une étude récente de l’Arcep et de l’ADEME).

  • La consommation des centres de données est stable dans les scénarios Génération frugale et Coopérations territoriales « grâce la stabilisation des flux » ;
  • Les centres de données consomment 10 fois plus d’énergie qu’en 2020 dans le scénario Technologies Vertes et jusqu’à 15 fois plus dans le scénario Pari Réparateur.

Ce travail, précise l’Ademe, n’est que la première partie d’une série de feuilletons qui seront publiés entre janvier et mars 2022. L’ensemble formera alors un tout qui sera remis en perspective au cours du Grand Défi Écologique, événement organisé par l’ADEME les 29 et 30 mars 2022 à Angers.

Programme Société Numérique

Le Programme Société Numérique de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires est une mission d’appui aux collectivités et aux acteurs de proximité sur les questions liées au numérique. Il met en œuvre un programme d’actions pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et favoriser le développement numérique des territoires. Il pilote la stratégie nationale pour un numérique inclusif du Gouvernement.

Articles en lien

Rapports 04.02.2022
Rapports 09.02.2022
Actualités 24.11.2021
Outils 08.06.2021
Outils 19.11.2021