L’École a la maison début avril a soumis les infrastructures du numérique éducatif à rude épreuve

Publié par Programme Société Numérique
Actualités 12.04.2021

Le retour de l’école à la maison pour 12,5 millions d’élèves a soumis les  espaces numériques de travail (ENT) et le dispositif Classe à la maison à rude épreuve.  Les difficultés rencontrées par les élèves et les enseignants ont donné  lieu à de nombreux reportages.

Selon le Monde, mardi 6 avril, « les services scolaires en ligne de plusieurs régions, dont l’Ile-de-France, connaissaient de multiples défaillances techniques empêchant élèves comme professeurs d’entamer dans les meilleures conditions une semaine de cours à distance programmée à l’occasion du troisième confinement … Ces  carences des outils numériques de l’éducation nationale et le manque d’équipement informatique des élèves conduisent certains professeurs à renoncer à la classe virtuelle pour les journées d’école à distance.(…) Pour certains, la conclusion est claire : il faut réduire la part des outils numériques pour retrouver la simplicité du papier…  avec la distribution de polycopiés  in extremis avant leur départ du lycée, en fin de semaine dernière».

Selon le Monde, le 7 avril, « le  crash  technique des environnements numériques de travail (ENT), mardi 6 avril au matin, pour la reprise générale de l’enseignement à distance, a ramené la communauté éducative un an en arrière. Quand, le 16 mars 2020, aux premières heures du premier confinement, une partie des plates-formes numériques utilisée par les établissements était restée indisponible.  … De quoi faire perdre patience aux enseignants les plus rodés aux usages numériques. Beaucoup, dans le second degré plus qu’au primaire (où le recours aux visioconférences est limité), avaient fait le choix de convier leurs classes, dès 9 heures, sur leurs ENT respectifs. Un « rendez-vous manqué », témoignent-ils en nombre».

Le Monde revient, le 10 avril, sur cette semaine « émaillée de pannes, de colère et d’accusations ». « Si les services du CNED semblent bien avoir été touchés, entre mardi et jeudi, par des attaques informatiques de type « déni de service »,  l’ensemble des perturbations des outils d’enseignement à distance ne relève pas de cette seule explication. ENT et autres outils de classe virtuelle ont ployé, comme il y a un an, sous les millions de connexions simultanées. Cinq régions étaient principalement touchées en début de semaine. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), elle, n’a connu aucun bug cette semaine.  Loin du bruit médiatique, l’enseignement privé, fort de 2 millions d’élèves, a peu fait parler de lui. Au premier jour du premier confinement, il avait lui aussi connu des difficultés. Cela ne s’est pas reproduit »

Le Ministère de l’éducation nationale tire un premier bilan le 9 avril :

« Le dispositif de continuité pédagogique   a permis à nombreux élèves de suivre leur enseignement à distance, en utilisant des outils et des supports très variés, grâce à la mobilisation des équipes éducatives et des familles. Il a néanmoins eu des difficultés en lien avec l’utilisation de certains outils numériques mis à la disposition des élèves et des professeurs via les ENT et par le CNED».

« Dans la majorité des territoires, ces ENT ont bien fonctionné. Mardi 6 avril, les ENT de cinq Régions ont montré des fragilités dues à l’afflux massif et simultané de connexions, ce qui a entraîné un engorgement et donc des dysfonctionnements et des ralentissements. La mobilisation rapide de tous les partenaires (collectivités, prestataires, etc.) a permis de rétablir la fluidité du système, dès mercredi 7 avril, sauf dans un département de l’île de France (77) et en Nouvelle Aquitaine.  

En ce qui concerne la plateforme du CNED permettant aux professeurs et à leurs élèves d’utiliser les ressources de “Ma classe à la maison”, cette dernière a pu accueillir cette semaine en classes virtuelles :

  • 918 000 élèves mardi 6 avril ;
  • 827 000 élèves mercredi 7 avril ;
  • 1,5 million d’élèves jeudi 8 avril»
Programme Société Numérique

Le Programme Société Numérique de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires est une mission d’appui aux collectivités et aux acteurs de proximité sur les questions liées au numérique. Il met en œuvre un programme d’actions pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et favoriser le développement numérique des territoires. Il pilote la stratégie nationale pour un numérique inclusif du Gouvernement.

Articles en lien

Rapports 05.03.2021
Actualités 04.06.2020
Actualités 02.06.2020
Actualités 10.06.2020
Actualités 20.01.2021
Éclairages 03.07.2019