Age, genre, origine ethnique, handicap : l’institut statistique britannique passe en revue les multiples dimensions de l’exclusion numérique au Royaume Uni

Publié par Mission Société Numérique
Éclairages 07.01.2020

L’institut statistique britannique (Office for National Statistics, ONS) dresse périodiquement un état des lieux de la « fracture numérique » au Royaume Uni : il explore, à cette occasion, en revue une grande diversité de critères et de dimensions : âge, genre, régions, emploi ou absence d’emploi, taille du foyer, mais aussi handicap ou origine ethnique. L’ONS s’appuie, à cette fin, sur deux enquêtes annuelles (Labour Force Survey et Opinions and Lifestyle Survey) ainsi que sur l’enquête réalisée par la Lloyds Bank qui porte sur les compétences numériques de la population britannique.

La proportion de non-utilisateurs d’Internet a diminué de moitié depuis 2011

Selon l’ONS, le nombre d’adultes qui n’ont jamais utilisé l’Internet ou qui ne l’ont pas utilisé au cours des trois derniers mois (les non-utilisateurs d’Internet) a diminué de moitié depuis 2011. En 2018, le Royaume Uni compte encore 5,3 millions d’adultes (10 % de la population adulte) qui n’utilisent pas Internet.

Selon le Lloyds Bank UK Consumer Index 2018, pour sa part, 8 % de la population du Royaume-Uni (4,3 millions de personnes) n’a aucune compétence numérique de base (gérer de l’information, communiquer, des transactions, résoudre des problèmes, créer du contenu numérique).

A ces 4,3 millions d’adultes sans compétences numériques de base, s’ajouteraient 6,4 millions d’adultes (12 %) qui n’ont que des compétences limitées en ligne (il leur manque au moins une des cinq compétences numériques de base). La proportion de personnes “numériquement empêchées” atteindrait ainsi 20% de la population.

Disparités entre régions, de genre et d’âge

C’est à Londres que la proportion de non-utilisateurs de l’internet est la plus faible (7,0 %), tandis que l’Irlande du Nord continue d’afficher la proportion la plus élevée (14,2 %), suivie par le nord-est de l’Angleterre (12,1 %).

On observe aussi des disparités régionales dans les compétences numériques de base. En 2018, le Pays de Galles avait la plus faible proportion de personnes possédant les cinq compétences numériques de base (66 %, contre 86 % dans le sud-est de l’Angleterre) et la plus forte proportion de personnes ne possédant aucune compétence numérique de base (19 % contre 5 % sud-est de l’Angleterre).

58 % des non-utilisateurs d’Internet sont des femmes : une proportion qui reste globalement constante dans le temps, même si la proportion de non-utilisateurs baisse d’année en année. Parmi les adultes qui n’avaient aucune compétence numérique de base en 2018, 61 % étaient des femmes.

24 % des personnes de 65-74 ans et 55 % des personnes 75 ans et plus n’utilisaient pas Internet en 2018. 76 % des personnes n’ayant aucune compétence numérique de base étaient âgées de plus de 65 ans en 2018.

L’ONS s’interroge sur les effets du vieillissement sur l’engagement numérique des générations futures. « Les personnes âgées de demain seront plus actives numériquement que les générations précédentes mais les problèmes de santé liés au vieillissement pourraient entraîner une diminution de leur engagement numérique, en particulier si le vieillissement a des répercussions sur les capacités cognitives. Les technologies pourraient aussi connaître de nouvelles avancées, de sorte que les compétences numériques acquises au cours de l’existence pourraient ne plus être adaptées aux futurs usages. Il est également possible, toutefois, ajoute l’ONS, que la technologie permette, dans l’avenir, aux groupes d’âge plus avancés de s’engager plus facilement qu’à l’heure actuelle. Cela s’observe déjà, par exemple, dans le développement des assistants vocaux, qui suppriment le besoin de compétences spécifiques. Une partie du défi consistera donc à apporter les soutiens nécessaires pour aider la génération plus âgée à utiliser au mieux les nouvelles technologies ».

23 % des adultes en situation de handicap n’utilisent pas Internet

En 2017, 56 % des non-utilisateurs adultes d’Internet étaient en situation de handicap, nettement au-dessus de la proportion d’adultes en situation de handicap dans l’ensemble de la population britannique, estimée à 22 %. Parmi les non-utilisateurs d’Internet âgés de 16 à 24 ans, 60 % étaient en situation de handicap en 2017, autant que celle des personnes âgées de 75 ans et plus

23 % des adultes en situation de handicap n’utilisent pas Internet, contre 6 % pour les personnes non handicapées.

Près de 8 millions de personnes sans compétences numériques en 2025

Bien que le nombre de personnes ne possédant pas de compétences numériques diminue d’année en année, le Centre for Economics and Business Research (CEBR) estime que 7,9 millions de personnes ne posséderont toujours pas de compétences numériques en 2025.

Le CEBR a identifié cinq familles d’avantages dont bénéficient les personnes qui disposent des cinq compétences numériques de base :

  • revenus : une augmentation des revenus de 3 à 10 % grâce à l’acquisition de compétences numériques.
  • employabilité : chances accrues de trouver du travail pour une personne sans emploi
  • pouvoir d’achat : les achats en ligne sont en moyenne 13 % moins chers que les achats en magasin.
  • sociabilité : les compétences numériques de base peuvent permettre aux gens communiquer plus fréquemment (14 %) avec leur famille, leurs amis et la communauté
  • Gain de temps : le temps gagné en accédant aux services publics et en effectuant des opérations bancaires en ligne est évalué à environ 30 minutes en moyenne par transaction.
Mission Société Numérique

La Mission Société Numérique est une mission d’appui aux collectivités et aux acteurs de proximité sur les questions liées au numérique. Elle met en œuvre un programme d’actions pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et favoriser le développement numérique des territoires. Elle pilote les plans “Numérique Inclusif” et “Tiers-Lieux” du Gouvernement.