Select Page

Les agriculteurs de plus en plus connectés

Pour la quatrième année consécutive, l’étude Agrinautes prend la mesure de l’équipement numérique des agriculteurs et de l’utilisation qu’ils en font. Cette enquête, réalisée par BVA pour Terre-net Média et Hylte porte sur 1 210 agriculteurs.

Les taux d’équipement des agriculteurs sont légèrement supérieurs à ceux de la population : 67 % des agriculteurs disposent d’un ordinateur fixe, 60 % d’un ordinateur portable, 42 % d’une tablette et 71 % d’un smartphone.

Si l’ordinateur reste le principal vecteur utilisé pour se connecter à Internet, le smartphone est désormais utilisé par 58 % des agriculteurs pour se connecter (5 % en 2013).

60 % des agriculteurs se connectent plusieurs fois par jour

  • Pour leur activité agricole, 60 % des agriculteurs utilisent internet plusieurs fois par jour et 85 % au moins une fois par jour.
  • Les usages d’Internet sont repartis sur l’ensemble de la journée : avec des pics le matin (entre 6 et 9 heures) et le soir après 20 heures pour l’ordinateur et des pics entre 9 heures et 18 heures pour le smartphone

  • Les agriculteurs utilisent Internet essentiellement pour la consultation de la météo, les services bancaires, les données d’exploitations et les actualités professionnelles. Viennent ensuite les informations techniques, le machinisme et le suivi des cours et des marchés. Si l’ordinateur reste l’outil privilégié de consultation, la tablette et le smartphone sont fréquemment utilisés, en situation, pour la météo (45 % et 90 %) mais aussi pour prendre connaissance des informations techniques sur les cultures (39 % et 45 %), pour les petites annonces (64 % et 36 %) et pour les cotations agricoles (30 % et 42 %).
  • 60 % des agriculteurs utilisent au moins un réseau social pour trouver des informations relatives à leur activité. Les pages consultées sur les réseaux sociaux proviennent des fournisseurs, des firmes et constructeurs d’équipements ou encore d’autres agriculteurs.

72 % des agriculteurs ont au moins une application agricole installée sur leur téléphone.

En moyenne le téléphone de chaque agriculteur contient 4,2 applications.

Les usages recherchés à travers ces applications sont d’abord l’aide à la décision, « se cultiver, se tenir informer des actualités » (43,7 %) et les démarches administratives.

Les pratiques numériques des agriculteurs restent cependant bridées par des enjeux de couverture : 5 % ne bénéficient d’aucune couverture téléphonique au siège de l’exploitation, 7 % sur la parcelle. 11 % doivent se satisfaire d’une couverture téléphonique en 2G au siège de l’exploitation et 12 % sur la parcelle. Ceci vaut également pour les débits internet : 7 % des agriculteurs font état d’un débit inférieur à 512 kbs et 47 % d’un débit entre 512 Kbs et 2 Mbs.

39 % des exploitations utilisent au moins un objet connecté

Assez peu présents il y a encore cinq ans, les objets connectés font irruption en 2018 dans les exploitations.

Près de 40 % d’entre elles sont équipées d’au moins un élément connecté.

L’objet le plus courant est la caméra fixe de surveillance des animaux, consultable sur un smartphone, en passe d’être supplantée par les caméras à bord des tracteurs.

  • Les exploitations tournées vers l’élevage possèdent le plus d’objets connectés et particulièrement les élevages de porcs et de volailles (61 %).
  • 53 % des élevages de porcs et de volailles sont équipés d’alarmes par GSM, 11 % de détecteurs de niveau d’aliment et 14 % de distributeurs automatiques de concentré
  • (DAC).
  • Les élevages laitiers tendent à s’équiper en alarmes par GSM (17 %), et en caméras (21 %).
  • Les céréaliers quant à eux utilisent le plus les stations météo connectées.

Les objets connectés alertent ainsi les éleveurs à la moindre difficulté. Cette propriété des objets connectés présente aussi son revers : les alertes (fondées ou non) sollicitent en permanence l’attention et l’intervention des éleveurs. Cette situation de « qui vive » permanent engendre ainsi une tension nerveuse inutile.

 

Photographies : Nicolas Bertrand, Slagmulder Christian, Maitre Christophe, Inra

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter

Rubriques