Select Page

Plus de 6 millions de Français vivent dans une commune engagée dans une démarche de budget participatif

Alors que les dispositifs de participation traditionnels (comités de quartier, concertations) semblent s’essouffler, un nombre croissant de collectivité se tournent vers les budgets participatifs. La Fondation Jean Jaurès vient de publier les derniers résultats de l’enquête annuelle réalisée par Antoine Bezard, animateur du site lesbudgetsparticipatifs.fr.

Cette enquête présente chaque année depuis 2016 un panorama des budgets participatifs en France

  • Depuis 2014, le nombre de communes engagées dans un budget participatif a presque doublé chaque année
  • Plus de 6 millions de Français vivent dans une commune engagée dans un budget participatif
  • Depuis 2014, le nombre de villes engagées dans un budget participatif a presque doublé chaque année. Fin 2014, elles étaient une dizaine ; 17 en 2015, 26 en 2016, 46 en 2017, 80 en 2018.
  • Les 80 communes déjà engagées rassemblaient en 2018 6,150 millions de Français.
  • La commune type engagée dans un budget participatif compte un peu plus de 25 000 habitants

Les budgets participatifs ont connu un nouvel essor avec leur déploiement, en 2014, à Paris et Metz, puis, en 2015, à Grenoble, Montreuil ou Rennes.

Les grandes villes françaises sont toujours plus nombreuses à s’engager avec, en 2018, Lille (232 700 habitants) Angers (151 500 habitants), Le Mans (143 300 habitants), Brest (139 200 habitants) ou, en région parisienne, Nanterre (93 700 habitants) ou Courbevoie (83 100 habitants).

82 % des communes engagées dans un budget participatif recourent au numérique

 Dans un peu plus d’un tiers des cas, vote en ligne et vote papier coexistent. Ainsi le vote en ligne – toutes technologies confondues – est doublé d’un vote papier dans 35,5 % des cas.

  • 35,5 % collectivités déclarent un vote uniquement en ligne et 22,2 %, uniquement en urne.
  • En 2018, parmi les 80 communes qui proposent, seules 7,5 % des communes ne disposaient d’aucun outil numérique.
  • 55 % des collectivités sont équipées de plateformes de participation en ligne civic tech. Ces plateformes sont omniprésentes pour les villes les plus peuplées. Elles accompagnent l’habitant, du dépôt au vote en passant par l’information, sur les projets déposés et ceux déjà votés et en cours de réalisation.
  • 37,5 % des communes se tournent vers des solutions numériques plus basiques. Dans ces collectivités, généralement plus petites, le dépôt des projets ou le vote peuvent s’effectuer à l’aide de formulaires en ligne sur leur site ou à l’aide d’outils tiers comme Google Forms. Les projets sont présentés dans des articles sur le site. Il faut aussi signaler que Saint-Denis propose aux habitants de voter par SMS.

« Le développement des civic tech, observeAntoine Bézard, enfin, est décisif dans l’essor des budgets participatifs. L’existence de plateformes est un atout pour ouvrir la participation. Elles présentent l’avantage d’être accessibles à tous et d’articuler le budget participatif, voire de l’organiser. Sur le plan symbolique, elles sont l’image du budget participatif, elles lui donnent corps ».

Sur le plan de la participation des citoyens, celle-ci progresse pour les quelques villes que les auteurs de l’étude ont pu observer, avec une médiane proche de 4 %.

Certaines grandes villes dépassent maintenant les 7 % de participation et certaines petites les 10 %.

À propos de l'auteur

Mission Société Numérique

La mission Société Numérique met en œuvre un programme d’action pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et pour accompagner la transition des territoires. Notre ambition : structurer, outiller et accélérer des projets pour faire émerger une société numérique innovante et inclusive.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter

Rubriques