Select Page

Le travail social à l’épreuve du numérique

L’une des 21 mesures du Plan Pauvreté, annoncé par le Président de la République le 12 septembre porte sur « la rénovation du travail social pour mieux accompagner les parcours de vie » et prendre en compte, notamment, « la transformation numérique de l’accès aux droits ».

Le Haut conseil du travail social (HCTS), a réuni en 2018 un groupe de travail « Usage du numérique dans le travail social », chargé d’aborder les questions suivantes :

  • « Pourquoi et comment les travailleurs sociaux s’emparent (ou doivent s’emparer) de la question du numérique ?
  • En quoi les travailleurs sociaux peuvent contribuer à la prise en compte de la fracture numérique sans se substituer aux acteurs en charge de cette question ?
  • Comment le travailleur social peut contribuer à accompagner les personnes dans l’usage du numérique, sur les aspects positifs que ces outils peuvent leur apporter mais aussi en réponse aux aspects problématiques liés à l’usage d’internet (addictions, mise en ligne de données personnelles sensibles, exposition d’un public vulnérable à certaines pratiques à risques comme la radicalisation ou la pornographie pour les mineurs…) ?
  • Quels bénéfices les travailleurs sociaux peuvent tirer des outils numériques pour améliorer leurs pratiques professionnelles ? »

Le 3 juillet dernier, le Haut conseil du travail social (HCTS), réuni en séance plénière, a approuvé un texte d’orientation sur la transition numérique dans le travail social, qui sera rendu public après un ultime tour de table des organisations partenaires. Il sera progressivement complété par des fiches pratiques traitant des différentes facettes du numérique dans l’intervention sociale.

Les conseils départementaux de Seine-Saint-Denis, Loire-Atlantique et Isère, pour leur part, ont entrepris de réfléchir ensemble à l’avenir des métiers du social sous le double angle des ressources humaines et de la solidarité.

Le Département du Calvados, pour sa part,  organisait en mai dernier une journée consacrée à l’articulation entre travail social et numérique.

Le travail social à l’épreuve du numérique

C’est le thème d’un dossier spécial publié par la Revue française de service social

En introduction à ce dossier, Joran le Gall, Président de l’Association nationale des assistants de service social (Anas) observe que « le travail social a longtemps été à distance de l’outil informatique. En effet, dans le coeur de métier qu’est la relation d’aide, l’outil informatique ne semble pas indispensable. Néanmoins, l’informatisation traverse peu à peu le travail social par deux moyens : la dématérialisation de l’administration (e-administration) et l’informatisation des dossiers sociaux ». Ce dossier se propose d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes

La première partie du dossier (l’informatique en travail social, état des lieux et enjeux) dresse le cadre général de l’informatisation et de ses enjeux, tant sur le plan de la conception d’un outil que de son utilisation au quotidien dans un cadre professionnel.

La deuxième partie (la dématérialisation des administrations : des nouvelles conditions pour l’accès aux droits ?) traite de la dématérialisation des administrations et des interrogations qu’elle suscite pour l’accès aux droits des publics, ainsi que de certaines propositions actuellement mises en oeuvre afin de limiter le non-recours des personnes accompagnées.

La troisième partie (l’informatique vue par les professionnels) aborde la relation des professionnels à l’outil, source de nombreux questionnements pour les professionnels de terrain.

Comment protéger les  données personnelles des personnes accompagnées ? 

La dématérialisation des services publics conduit les travailleurs sociaux de manière récurrente à demander aux personnes qu’ils accompagnent de leur communiquer des données personnelles afin de les aider à réaliser leurs démarches en ligne, voire de les accomplir à leur place : déclaration de situations trimestrielle sur le site de CAF, envoi d’un courrier électronique à un organisme social, création d’un compte de messagerie, déclaration d’impôts etc…

Les travailleurs sociaux sont ainsi de plus en plus sollicités pour créer des boîtes e-mail, prendre des rendez-vous dans des conditions de confidentialité qui posent souvent question : il n’est pas rare que les codes d’accès aux différents comptes figurent dans les tiroirs des agents des structures.

La commission éthique et déontologie du HCTS avait élaboré, en 2017, avec la participation des services de la CNIL, des recommandations relatives aux « informations à caractère personnel concernant les personnes accompagnées » : des données à protéger et parfois à partager ».

Le Plan national pour un numérique inclusif prévoit, à cette fin, la création d’une « charte de l’aidant numérique ». Il prévoit, aussi, l’expérimentation d’un outil « France Connect Aidants » qui permettra aux travailleurs sociaux de s’identifier comme un tiers réalisant une démarche pour autrui. Cet outil sécurisera les aidants numériques aussi bien que les données des personnes accompagnées.

 

La rénovation du travail social

La présence des travailleurs sociaux sera renforcée auprès de l’ensemble de la population pour mieux accompagner les parcours de vie, limiter les situations de non-recours et intervenir en amont des difficultés ou des ruptures.

Cela suppose de travailler à la fois sur les lieux de l’intervention sociale, qui doivent être plus ouverts et mutualisés avec des services aux familles concernant toute la population, et sur les missions des travailleurs sociaux, qui évoluent fortement du fait de la nouvelle place prise par les usagers, de la transformation numérique dans l’accès aux droits, comme de l’évolution des formes de pauvreté.

Cette nouvelle approche supposera de transformer la formation et certains métiers du travail social pour développer les pratiques « d’aller vers », s’adapter aux besoins réels et intervenir en cas d’événement et de ruptures qui peuvent conduire à l’exclusion.

Sommaire du dossier Le travail social à l’épreuve du numérique de la Revue française de service social

Joran Le Gall : Éditorial : L’informatique au service du social ?

L’informatique en travail social, état des lieux et enjeux

  • Thibault Jouannic : Incursion dans le monde du développement logiciel
  • Joran Le Gall, Sandrine Dumaine : Entretien avec Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes à La Quadrature du Net
  • Didier Dubasque : Quand le numérique prend possession de nos vies

Deuxième partie : la dématérialisation des administrations : des nouvelles conditions pour l’accès aux droits ?

  • Pierre Mazet : Conditionnalités implicites et productions d’inégalités : les coûts cachés de la dématérialisation administrative
  • Équipe de Reconnect : Reconnect, le numérique au service de l’autonomie des précaires Matti Schneider : Les conditions d’adoption du numérique dans le service social Vincent Meyer, Audrey Bonjour, Élise Daragon : L’assistant digital social et le socionaute

Troisième partie : l’informatique vue par les professionnels

  • Patrick Milhe Poutingon : S’impliquer plutôt que subir, le travail social à l’épreuve du numérique versus le numérique à l’épreuve du travail social
  • Olga : Chemins d’une pensée en pays informatique
  • Joëlle Arneodo, Mathilde Legrand : Le dossier social à l’@ir du numérique, l’expérience d’un café social
  • Véronique Cornu : En travail social, l’éthique devrait être un TOC
  • Muriel Bombardi, Keltoum Brahna Quand informatisation rime avec réification

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter