Select Page

Les Français, la protection des données personnelles et le RGPD : où en sommes nous ?

Le Règlement européen pour la protection des données est entré en application le 25 mai dernier.

Quatre mois après son entrée en application,  la CNIL a reçu 3767 plaintes contre 2294 plaintes sur la même période en 2017 :  une augmentation de 64%. Selon la CNIL, « au-delà des seuls professionnels,  les particuliers s’emparent  de ce nouveau cadre pour la protection des données personnelles ».

La CNIL, en outre,  a enregistré 3 millions de visites sur son site de la CNIL  depuis le 25 mai dernier.

L’importance que les français accordent a l’utilisation qui est faite de leur données personnelles fait l’objet de plusieurs enquêtes et sondages chaque année  (Baromètre de la confiance des Français dans le numériqueBaromètre de la CNIL, Baromètre BNP-Paribas, notamment). Invariablement, ces enquêtes mettent en relief un décalage entre la perceptions des risques et pratiques des français.

Avec l’entrée en vigueur du RGPD, les interrogation se sont déplacées en 2018 sur le degré de connaissance que les Français avaient de leurs droits, en général, et du RGD, en particulier.

Avril 2018 : 52% des Français n’avaient pas entendu parler du RGPD

Selon l’enquête conduite par l’IFOP pour le thinktank  Renaissance numérique, 46% Français déclarent connaître leurs droits en la matière  mais seuls 5 % admettent les connaître « tout à fait ».

À l’exception du droit d’opposition (que 47% déclarent  avoir déjà utilisé) les Français admettent faire peu  usage de leurs droits en matière de protection des données personnelles : droit de rectification/suppression, droit d’accès et droit à l’information).

58%  des Français déclaraient en avril 2018 ne pas avoir entendu parler du RGPD, et ce malgré sa forte actualité. « Cela peut s’expliquer, explique Renaissance Numérique, par le traitement, à la fois institutionnel et médiatique, qui en a été fait jusqu’à présent qui a privilégié la question de la mise en œuvre du règlement par les entreprises et les professionnels. Les débats sont restés cantonnés au cercle des experts juridiques et des parties prenantes dans la gestion des données collectées par les entreprises ».

La proportion de Français ayant déjà entendu parler du RGPD  chute a 35% chez les ouvriers , contre 59 % des cadres et professions intellectuelles supérieures.

Si  la part de Français ayant déjà entendu parler du RGPD demeure relativement importante (42 %), ils sont une infime minorité à savoir précisément de quoi il s’agit (9 %).

Selon une enquête réalisée par l’IFOP pour le compte de la société  SendinBlue, en février 2018, 24% des Français avaient  déjà entendu parler du RGPD.

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter