Select Page

Cobot : une plateforme d’intérêt général pour entraîner l’intelligence artificielle sur des jeux d’images  

Reconnaître la forme d’un toit pour calculer le potentiel d’énergie solaire ou des photos de faune pour protéger la biodiversité, faciliter la publication massive de données ouvertes grâce au floutage automatique des visages … Le potentiel de l’application de l’intelligence artificielle à la reconnaissance d’images est immense pour l’administration publique.

Le principal frein est de disposer d’un volume suffisant d’images correctement qualifiées (par des humains) pour ensuite pouvoir entraîner les modèles disponibles et mettre à profit le potentiel de l’intelligence artificielle au profit de nos politiques publiques.

« La majorité des projets existants reposant sur des micro-contributions de qualification d’images ont du mal à trouver le nombre suffisant de contributeurs pour faire levier sur l’intelligence artificielle. Le premier cercle de contributeurs est constitué de passionnés ou de l’écosystème immédiat du projet. Mais réussir à recruter et à fidéliser des contributeurs plus éloignés est souvent coûteux en temps et en énergie. L’animation des communautés est clé mais ces compétences en community management restent rares dans le secteur public. De plus, la fidélisation des contributeurs est d’autant plus complexe que la contribution demandée est simple. Enfin, les budgets de communication ne permettent pas à ces projets de se faire connaître facilement auprès du deuxième cercle de contributeurs et au-delà ».

 La startup d’etat « Co-construisons : Mettre les petites contributions numériques au service de l’intérêt général » a entrepris de résoudre cette équation en développant une plateforme, Cobot, qui permet aux citoyens de classer, qualifier ou annoter des images pour des projets d’intérêt général.

Les porteurs de projets qui ont des images à classer ou à faire qualifier pourront déposer simplement leurs données sur la plateforme, choisir leur besoin de qualification et gérer la fréquence et l’animation des contributions souhaitées.

La version Beta de « Cobot, 1er bot d’Intérêt généra » permet, dans un premier temps, aux citoyens de :

  • reconnaître sur des images (issues, notamment de la carte collaborative Openstreetmap) l’orientation d’un toit : savoir s’il est plat ou incliné permettra de calculer simplement et rapidement un potentiel d’énergie solaire.
  • reconnaître sur des photographies les obstacles à la circulation pour les personnes en situation de handicap, les personnes âgées, les personnes avec des jeunes enfants.

Cette startup d’État est en construction (« L’équipe lance une solution le plus rapidement possible et la teste auprès de premiers usagers. L’administration porteuse a validé un budget pour une équipe. Cette équipe  est responsable de son budget, gère ses RH, choisit ses outils. Sans cahier des charges, elle lance un service fonctionnel dès les premières semaines de travail, même s’il est imparfait et ne répond pas encore à tous les cas de figures, afin de tester son produit auprès de premiers usagers. Au terme de cette phase qui dure habituellement six mois, l’administration porteuse prend la décision de refinancer le service si son utilité réelle est avérée ».) Elle est incubée par La Fabrique Numérique, l’incubateur de services numériques des ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter