Select Page

Festival FUTUR.E.S 2018, l’inclusion numérique et le handicap mis en avant

Le Festival de l’innovation FUTUR.E.S (ex- Futur en Seine) organisé par le pôle de compétitivité Cap Digital se déroulera cette année du 21 au 23 juin à la Grande Halle de la Villette à Paris. Cette année, la question de l’inclusion numérique est abordée, notamment sous l’angle du handicap. Cette thématique sera intégrée de manière transversale : « Les projets présentés ont une portée d’usage aussi bien spécifique qu’universelle, c’est pourquoi vous retrouverez des démos de manière transversale, « incluses » dans chacun des cinq autres parcours, en plus d’un espace spécifique ». Des startups proposant des solutions et des services numériques inclusifs seront présentes et la thématique du handicap fera l’objet de plusieurs conférences.

Le programme est décrit sur le site du Festival :

ON TOUCHE, ON EXPERIMENTE

  • Hol’Autisme d’Actimage, une solution éducative et médicale recourant à la réalité mixte pour aider les jeunes autistes à développer leurs habiletés sociales dans un environnement sécurisé.
  • Le Fabricarium, le fauteuil roulant verticalisateur du Fablab Polytech’Lille, qui permet de se redresser selon les besoins de son utilisateur et offre une plus grande mobilité, pour un prix bien moins élevé.
  • Gaspard, le tapis connecté de Captiv placé sous un coussin anti-escarre du fauteuil. Grâce à une application mobile et au bluetooth, il détecte le temps passé, le positionnement et l’inactivité de l’utilisateur afin d’éviter les problèmes de peau.
  • Ordyslexie, cartable numérique intuitif conçu par une équipe d’ingénieurs pour redonner confiance aux enfants dyslexiques.
  • A retrouver dans le parcours Vivant : OrCam, un dispositif de vision artificielle portable conçu pour venir en aide aux personnes aveugles, malvoyantes, ou souffrant de difficultés à la lecture.
  • A retrouver dans le parcours Kids Revolution : DysApp de Tralalere, un dispositif pour identifier et accompagner les enfants avec des troubles moteurs dans l’acquisition d’un langage écrit.
  • A retrouver dans le parcours IA, données, algorithmesAva, une application pouvant sous-titrer des conversations avec le smartphone des participants. Permet de rendre accessible les échanges en temps réel.
  • A retrouver dans le parcours Territoires : Artil a imaginé Streetco, le premier GPS piéton qui s’adapte aux déplacements des personnes à mobilité réduite et en situation de handicap.

ON EN PARLE

  • L’IA au service de la traduction automatique et de l’accessibilité linguistique : des passerelles avec le monde des Sourds
  • Bigger – and better? Can tech lead to fairer and sustainable megalopolises? (EN)
  • Hacker l’accessibilité des territoires
  • Le futur des interfaces : des interfaces invisibles ?

AU MICRO

  • Adrien Meslet, directeur d’Ava France, à l’origine d’une application destinée aux sourds et malentendants permettant de sous-titrer des conversations
  • Lauren Thévin, chercheuse Inria, spécialisée dans la réalité mixte (AR/VR) à destination des personnes souffrant de déficience visuelle
  • Bastien Didier, artiste spécialisé dans les interfaces cerveau-machine
  • Héloïse Théro, formée en biologie, rédige actuellement sa thèse au laboratoire de neurosciences cognitives de l’École Normale Supérieure
  • Audrey Sovignet, ancienne élève des arts déco et de l’école de programmation Simplon.co, a fondé I Wheel Share en 2015, trois ans après l’accident qui rendra son frère Lucas paraplégique. Son interview est à lire ici.
  • Jérémie Boroy, délégué général de l’Association Aditus qui a pour mission d’élaborer de nouveaux modèles d’accessibilité avec l’ensemble des parties prenantes. Il est membre de l’observatoire de la diversité du CSA

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter