Select Page

65 % des assurés sociaux utilisent les services d’ameli.fr

Avec 27,5 millions de comptes couverts en 2017 (23,5 millions en 2016), Ameli.fr, la plateforme de services de l’Assurance Maladie, constitue le premier site internet public de santé.

Certaines des démarches les plus courantes sont désormais effectuées majoritairement de manière dématérialisée : l’édition de l’attestation de droits (à 61 %) ou la demande de la carte européenne d’assurance maladie (à 75 %).

L’assurance maladie dénombrait début 2018 plus de 22 millions de contacts par mois sur Ameli.fr : 80 % des démarches sont désormais faites en ligne.

Depuis son lancement il y a 5 ans, l’appli ameli a franchi le cap des 10 millions de téléchargements.

La nouvelle version de l’appli ameli, disponible depuis le 4 avril, permet de déclarer un accident causé par un tiers. La rubrique « Mes démarches » propose une redirection vers un simulateur permettant à chacun d’évaluer ses droits à 27 aides sociales, dont la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

Ouverture des interfaces de programmation de l’assurance maladie

Du 22 au 25 mars, s’est tenu à Strasbourg le Hacking Health Camp, l’un des plus grands hackathons santé européens. A cette occasion, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a dévoilé ses interfaces de programmation (API) qui sont désormais ouvertes à deux cas d’usage : effectuer des pré-inscriptions hospitalières et souscrire à une complémentaire santé.

Accès via France Connect

Il est désormais possible de créer un compte ou de se connecter au site Ameli.fr avec des identifiants FranceConnect. Réciproquement, les 27,5 millions d’assurés qui disposent d’un compte Ameli pourront, via France Connect, accéder à tous les autres sites FranceConnect-compatibles. L’insertion de l’assurance maladie dans l’écosystème France Connect allégera le recueil des données administratives : selon le principe « Dites le nous une fois », un assuré pourra consentir à ce qu’un acteur tiers (une mutuelle, par exemple) recueillir les données administratives détenues par l’Assurance-Maladie. « Aujourd’hui pour souscrire à une mutuelle, il faut joindre une attestation de droits sociaux qu’il faut aller télécharger sur le site Ameli.fr et joindre par voie électronique ou postale. Via France Connect, l’assurance maladie permettra aux assurés sociaux d’autoriser en un clic les sociétés mutualistes à récupérer directement les attestations de droits des assurés ».

Déploiement du DMP en octobre 2018

Depuis la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, l’Assurance Maladie est en charge du déploiement du dossier médical partagé (DMP). Celui-ci permettra de rassembler en un unique fichier les informations de santé du patient. A compter de l’automne prochain, le DMP sera généralisé à tous les départements et tous les assurés sociaux.

Les patients pourront ouvrir eux-mêmes leur dossier, soit directement en ligne avec sa carte Vitale, soit en passant dans sa caisse primaire d’assurance-maladie. Les pharmaciens pourront également ouvrir les DMP (et toucheront en contrepartie 1 euro par dossier ouvert). Enfin, les infirmières pourraient avoir le droit de le faire pour les personnes en perte d’autonomie. Dès qu’un dossier sera ouvert, il sera automatiquement alimenté avec deux années de remboursement de soins (médecins consultés, médicaments achetés, examens réalisés, etc.). La loi prévoit que les établissements de santé transfèrent les comptes rendus d’hospitalisation dans le fichier.

L’Assurance Maladie et Bpifrance s’associent pour identifier et développer les start-ups les plus prometteuses

Bpifrance a lancé en fin 2017 le fonds Patient Autonome, doté de 50 millions d’euros, pour investir en phase d’amorçage dans des start-ups de la santé connectée. Dans le cadre du partenariat conclu entre le fonds Patient Autonome et la CNAM (Caisse nationale d’assurance-maladie), celle-ci « apportera son expertise en termes de besoins des patients et de pratiques des professionnels de santé, qui permettra d’évaluer plus finement le potentiel des innovations développées, en prenant notamment en compte les contraintes réglementaires française et européenne et leurs évolutions en cours. Ce partenariat permettra au fonds Patient Autonome de maximiser ses opportunités d’investissement tout en sélectionnant des innovations riches en valeur médicale et financièrement pérennes».

L’Assurance Maladie conduira quatre grands chantiers au cours des cinq ans à venir : la généralisation du dossier médical partagé, le recours à la télémédecine en vie courante, l’adoption de la e-prescription visant à remplacer les ordonnances papiers d’ici à 2022, et le lancement d’une e-carte Vitale sur smartphone dont l’expérimentation débutera dès 2018.

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter