Select Page

En 2006, le Parlement européen avait adopté une recommandation sur les « Compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie ».

Ce cadre de référence visait quatre objectifs

  • identifier et de définir les compétences clés nécessaires à l’épanouissement personnel, la citoyenneté active, la cohésion sociale et l’employabilité dans une société fondée sur la connaissance ;
  • soutenir les travaux des États membres visant à assurer qu’au terme des cursus d’éducation et de formation initiales, les jeunes aient acquis une maîtrise suffisante des compétences clés à un niveau qui leur permette d’être préparés à la vie adulte et qui constitue une base pour de futurs apprentissages et pour la vie professionnelle, et que les adultes soient capables de développer et actualiser leurs compétences clés au cours de leur vie ;
  • proposer aux responsables politiques, aux professionnels de l’éducation, aux employeurs et aux apprenants eux-mêmes un outil de référence européen en vue d’appuyer les efforts déployés aux niveaux national et européen pour atteindre les objectifs convenus en commun ;
  • constituer un cadre pour l’action communautaire à venir,

Il définissait huit compétences clés

  • Communication en langues étrangères
  • Compétence mathématique et compétences de base en sciences et technologies
  • Compétence numérique (voir encadré)
  • Apprendre à apprendre
  • Compétences sociales et civiques
  • Esprit d’initiative et d’entreprise
  • Sensibilité et expression culturelles

Le Conseil Européen vient de mettre à jour cette recommandation (qui n’avait pas été actualisée depuis 2006).

Cette mise à jour prend en compte des transformations numériques en cours dans l’enseignement et de la formation.

Les modifications apportées aux huit compétences clés consistent notamment à :

  • mettre davantage l’accent sur les compétences de base (écriture et lecture, connaissance des langues et compétences numériques de base), ainsi que sur des compétences horizontales comme la créativité, la capacité à résoudre des problèmes, la réflexion critique et la communication. Ces compétences contribuent à la résilience des citoyens et aident ceux-ci à s’adapter à la volatilité accrue des marchés du travail et à l’évolution rapide des sociétés ;
  • insister tout particulièrement, à tous les niveaux d’enseignement, sur la promotion de l’apprentissage et de l’acquisition d’une expérience dans le monde des entreprises. La Commission recommande aux États membres de permettre aux élèves de vivre au moins une expérience dans le domaine de l’entrepreneuriat au cours de l’enseignement obligatoire. Elle les encourage également à mettre en place des plateformes réunissant des écoles et des entreprises, à dispenser une formation appropriée aux enseignants et aux chefs d’établissement et à créer des mini-entreprises au sein des écoles ;
  • mettre l’accent sur l’amélioration de l’acquisition de compétences relatives aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques et renforcer l’intérêt des carrières dans ces domaines ;
  • actualiser la définition des compétences numériques, parmi lesquelles des aspects liés à la codification, à la cybersécurité et à la citoyenneté numérique ;
  • accorder davantage de poids à la citoyenneté, aux valeurs démocratiques et aux droits de l’homme dans les compétences civiques et mettre l’accent sur les compétences interculturelles en ce qui concerne la sensibilité et l’expression culturelles.
La 8ème compétence clé : la compétence numérique (2006)

Définition 

La compétence numérique implique l’usage sûr et critique des technologies de la société de l’information (TSI) au travail, dans les loisirs et dans la communication. La condition préalable est la maîtrise des TIC: l’utilisation de l’ordinateur pour obtenir, évaluer, stocker, produire, présenter et échanger des informations, et pour communiquer et participer via l’internet à des réseaux de collaboration.

Connaissances, aptitudes et attitudes essentielles correspondant à cette compétence :

La compétence numérique exige une bonne compréhension et connaissance de la nature, du rôle et des possibilités des TSI dans la vie de tous les jours, dans la vie privée, en société et au travail. Il s’agit des principales fonctions d’un ordinateur, comme le traitement de texte, les feuilles de calcul, les bases de données, le stockage et la gestion de l’information. Il faut aussi comprendre les possibilités et les risques potentiels de l’internet et de la communication au moyen de supports électroniques (courrier électronique, outils en réseau) pour le travail, les loisirs, l’échange d’informations et la collaboration en réseau, l’apprentissage et la recherche. Les individus devraient également comprendre comment les TSI peuvent constituer un support à la créativité et à l’innovation, et être sensibilisés aux problèmes de validité et de fiabilité des informations disponibles et aux principes juridiques et éthiques liés à l’utilisation interactive des TSI.

Les compétences requises comprennent l’aptitude à rechercher, recueillir et traiter l’information et à l’utiliser de manière critique et systématique, en évaluant sa pertinence et en différenciant l’information réelle de l’information virtuelle tout en identifiant les liens. Un individu devrait avoir l’aptitude à utiliser des techniques pour produire, présenter ou comprendre une information complexe et l’aptitude à accéder aux services sur internet, à les rechercher et à les utiliser. Un individu devrait avoir l’aptitude à utiliser les TSI pour étayer une pensée critique, la créativité et l’innovation.

L’utilisation des TSI exige une attitude critique et réfléchie envers l’information disponible et une utilisation responsable des outils interactifs. Un intérêt à s’engager dans des communautés et des réseaux à des fins culturelles, sociales et/ou professionnelles sert également cette compétence.

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter