Select Page

Les MOOC (Massive open online courses), initiés il y a six ans aux Etats-Unis, sont des cours en ligne ouverts à tous et gratuits qui offrent de nouvelles perspectives de formation professionnelle. Les plateformes qui les accueillent sont diverses, peuvent être publiques ou privées, viser ou non un but lucratif.

Présentés il y a cinq ans comme une révolution pédagogique, ces cours en ligne ont-ils tenu leurs promesses ?

En octobre 2017, sous le titre provocateur, « Les MOOC font pschitt ») le journal Monde pointait les premières désillusions : pauvreté en termes d’innovation (« des vidéos en ligne de cours avec des quiz pour vérifier que les apprenants ne décrochent pas ») et taux d’abandon vertigineux (« la moitié des inscrits consultent une seule séance du cours et seuls 4 % d’entre eux vont jusqu’au bout »). 

15 % internautes français ont suivi un cours en ligne

L’enquête Capacity (soutenue par l‘Agence du Numérique) a mis en relief la proportion d’internautes (15 %) qui déclaraient avoir participé en 2016 à un cours à distance : pour une formation ou en vue d’obtenir un diplôme ou un certificat. Ils sont dans l’ensemble plus jeune, plus diplômés et plus riches que l’ensemble des internautes. Ainsi, concluaient les auteurs, « ceux qui tirent le meilleur parti d’Internet pour élargir leur gamme de connaissances et compétences dans des dispositifs d’apprentissage formels sont ceux dont les compétences sont déjà reconnues à travers des diplômes, tandis que, parmi les internautes dont le niveau de diplôme est inférieur ou égal au CAP/BEP, seule une poignée a déjà suivi un cours en ligne ».

 La formulation de la question dans l’enquête Capacity n’isole pas les MOOC des autres formes de formation en ligne. Pour y voir plus clair, on peut se tourner vers le site my-mooc.com/fr/ , une plateforme spécialisée qui recense les MOOC en France ainsi que les acteurs de l’ecosysteme des MOOC.

500 000 Français inscrits à (au moins) un MOOC

En recoupant diverses sources, on peut évaluer à près d’un demi- million de Français qui se sont inscrits et qui ont suivi au moins un MOOC.

Selon MyMooc, 313 MOOC avaient été lancés sur l’ensemble de l’année 2016, dont 62% conçus par des Universités ou des Grandes Ecoles. Pour l’année 2016, MyMooc évaluait 2,4 Millions le nombre de Français inscrits sur des MOOC (une personne pouvant être isncrite à plusieurs d’entre eux).

Pour sa part, la plateforme Fun-Mooc annonçait en avril 2017  avoir franchi le seuil du premier million d’inscrits (dont 70% en France, soit autour de 700 000). Selon FUN-Mooc,   28 000 nouveaux inscrits s’enregistrent chaque mois  (soit près de 20 000 en France).

37 000 inscrits au MOOC « Gestion de projet » en 2017

Le MOOC Gestion de Projet lancé en 2013 par Centrale Lille, hébergé par la plateforme Unow, a enregistré 167426 inscrits depuis sa creation : 37000 pour la seule année 2017.

L’objectif de ce MOOC est de permettre aux apprenants de concevoir et de piloter un projet de A à Z. Il s’adresse à la fois aux étudiants, aux professionnels en poste ou souhaitant se reconvertir ». Suivi par l’ensemble des élèves de 1ère année du cycle centralien, ce MOOC leur permet de gérer un projet sous toutes ses facettes et de faire des retours constructifs aux autres étudiants grâce à l’évaluation par les pairs des livrables.   Le MOOC GDP a fait une percée dans le monde francophone : Maghreb, Afrique et Haïti. Il affiche un taux de réussite parmi les plus élevés avec la délivrance de presque 33 000 attestations et certificats authentifiés.

100 000 inscrits en 4 ans au MOOC « la Fabrication numérique » 

Lancé en 2014 l’Institut Mines-Télécom, le MOOC la Fabrication numérique a atteint cette année 100 000 inscrits et générés 12 000 attestations.

Ce MOOC propose une formation complète aux technologies des FabLabs. Aucun bagage théorique précis n’est requis, ce cours s’adresse aux curieux et aux passionnés du numérique de tous âges. Le parcours « La Fabrication numérique : de l’idée au prototype » s’articule en quatre étapes, échelonnés sur l’année : « S’initier à la fabrication numérique », « Programmer un objet avec Arduino », « Fabriquer un objet connecté », « Designer et modéliser dans un FabLab ».

17 000 inscrits au  MOOC « Bâtiment Durable » en 2017

En novembre 2016, l’ADEME en collaboration avec le Plan Bâtiment Durable et FUN lançait la plateforme MOOC Bâtiment Durable ». L’objectif était de développer les compétences sur ce sujet à la fois des professionnels du secteur, mais également du grand public.

Les deux premiers MOOC  fin 2016 avaient capté 8 700 inscrits pour 12 000 inscriptions (7 500 inscriptions sur le MOOC «Rénovation performante» et 4 500 inscriptions sur le MOOC « Une méthode pour réussir vos opérations et chantiers de rénovation »). Le MOOC Rénovation performante affichait un taux de réussite plutôt élevé de 31%. Sur ces deux cours, 60% des inscrits étaient des professionnels du secteur.

Une deuxième vague de MOOC a été lancée en septembre 2017. La plateforme compte désormais une dizaine de nouveaux MOOC et 17 000 inscrits. Environ 90% des participants à ce MOOC ont déclaré être satisfaits ou très satisfaits tant sur le fond que dans sur forme.

15 000 inscrits sur Class’Code

Lancé à la rentrée 2016 et porté par l’Inria, le programme Class’Code vise la formation des enseignants à la pensée informatique pour qu’ils puissent à leur tour former leurs élèves. Soutenu par un Programme d’investissements d’avenir, le projet se donne l’objectif d’accompagner 300.000 éducateurs en cinq ans.

Fin avril 2017, 15 000 personnes s’étaient inscrites aux formations Class’Code liées au primaire et collège (plus de 50 % ont profité des formations). 7 500 personnes s’etaient sont inscrites pour la formation en ligne au MOOC ICN (dont plus de 750 ayant achevé la formation au bout de deux mois)

47,53 % des inscrits étaient des enseignants. Parmi eux, 46% enseignent les mathématiques , 15% la physique, 11 % les  STI et 8 % la technologie.

22 513 inscrits au Mooc « L’Art moderne et contemporain en 5 gestes »

Le Centre Pompidou et Orange, avec le soutien du FEDER (Fonds Européen de développement économique et régional) et des Universités Paris Lumières et Paris Nanterre se sont associés pour proposer un MOOC consacré à l’art moderne et contemporain. Organisé autour de cinq séquences, cinq gestes,  (assembler, détruire, reproduire, réduire, critiquer), ce parcours fait intervenir des Conservateurs, spécialistes, artistes. Il compte 22513 inscrits des sa première session.

330 Mooc hébergés par France Université Numérique

Lancé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en octobre 2013, le GIP France Université Numérique (Fun) vise à fédérer les projets des universités et écoles françaises et leur donner, le cas echeant, une visibilité internationale, via la plateforme Mooc FUN. En 2013, 10 établissements proposaient 25 cours en ligne. En 2017, ils sont 104 à avoir conçu plus de 340 capsules de formation. FUN-Mooc affiche aujourd’hui 3,4 millions d’inscrits depuis sa creation (un million en 2017) et 330 Mooc hébergés.

France Université Numérique à entrepris récemment de diversifier son son offre (et ses sources de financment) en permettant, par exemple, aux établissements d’enseignement supérieur de certifier les formations, avec un coût moyen de 60 euros pour l’apprenant. France Université Numérique a ouvert une nouvelle plateforme, FUN Corporate, qui s’adresse aux entreprises désireuses de former leur personnel.

L’Afpa lance un MOOC « Français langue étrangère »

Via ce nouveau Mooc ouvert depuis le 1er février, l’Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes) met en place un outil destiné aux migrants, réfugiés et demandeurs d’asile fréquentant ses centres –1345 personnes à ce jour– mais aussi à un public bien plus large. Ce MOOC ouvert à tous, comprend 30 heures de cours organisées sur 6 semaines. Il s’agit du 1er MOOC FLE de niveau débutant partiellement traduit en 4 langues : anglais, arabe, pachto et dari, qui sont les langues les plus couramment parlées par les personnes accueillies à l’Afpa. Un forum de discussion complète les 15 vidéos pédagogiques et thématiques, des traducteurs pourront par ailleurs intervenir régulièrement pour aider les apprenants. Cet outil sera également utile pour les entreprises employant des salariés ne possédant qu’une faible maîtrise du français, notammebt dans le bâtiment et le travail temporaire. Ce programme peut être suivi dans les centres Afpa qui mettront à disposition des ordinateurs connectés à internet.

Quelques enseignements des 25 MOOC de l’Institut Mines-Télécom 

Depuis 2013, l’Institut Mines Télécom (IMT) a lancé 25 MOOC « joués » sur la plateforme FUN mais aussi Coursera et edX. L’Institut   a publié il y a quelques semaines un premier rapport d’activité sur le développement des MOOC au sein de ses écoles.

IMT affiche ainsi 340 000 inscrits dans 170 pays. Parmi eux, 75% sont des hommes : 34% ont de 25 à 34 ans. 47% des personnes ayant participé aux MOOC de l’IMT étaient par ailleurs diplômées bac+5, 17% de niveau licence et bac+3.

Sur les 340 000 apprenants, 22 500 sont allés jusquʼau bout. 8% des apprenants inscrits terminent le MOOC avec succès.Un apprenant qui réalise au moins une activité de la deuxième semaine du MOOC a 60 % de chance d’atteindre le seuil de réussite fixé. Le rapport d’activité s’est penché sur les facteurs d’implication et de réussite.

  • « Plus la charge de travail est importante et étalée dans le temps, plus les apprenants décrochent. Les utilisateurs de MOOC déclarent ainsi pouvoir consacrer en moyenne deux heures par semaine sur une durée de 4 à 5 semaines maximum.
  • La mise en place d’activité d’apprentissage interactives permet de soutenir l’implication de l’apprenant.
  • Les opportunités pour s’exercer et recevoir un retour sur son travail sont fondamentales pour avancer.
  • Le fait de pouvoir obtenir une attestation de suivi avec succès est également un facteur de
  • motivation pour les apprenants.
  • Enfin, le niveau de tutorat et de suivi de la part de l’équipe pédagogique influe sur l’implication des apprenants ».

Depuis 2015, l’IMT s’engage auprès des entreprises françaises pour former leurs collaborateurs à l’aide de MOOC et de SPOC (Small Private Online Course).

 

Alors que la très grande majorité des inscrits à un MOOC ne finit pas le parcours, par manque d’implication mais aussi par choix assumé de seulement picorer quelques contenus, les plate-formes ne se contentent plus de décerner des  attestations (qui distinguent les utilisateurs les plus assidus qui apprécient de voir reconnaître les compétences acquises) et s’orientent vers des certifications, valorisables sur le marché de l’emploi.

 

 

 

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter

  • RT @MissionSoNum: Vous pouvez désormais échanger avec nous sur Facebook à propos, notamment, de la consultation nationale pour l'inclusion…
  • RT @FranceTHD: « L’arrivée du très haut débit est indispensable pour l’attractivité de nos territoires » André Accary, président de la SPL…
  • RT @MissionSoNum: Voilà un chiffre qui parle de lui-même et qui nous prouve que nous devons tout faire pour réduire la fractu#numeriqueque.…