Select Page

Le gouvernement belge publie chaque année le « Baromètre de la société de l’information ». Ce Baromètre s’inscrit dans le plan « Digital Belgium » élaboré par le ministre de l’Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste articulé autour de cinq priorités : l’économie numérique, les infrastructures numériques, les compétences et les emplois numériques, la confiance dans le numérique et la sécurité numérique, et les pouvoirs publics numériques.

Le document permet de mesurer l’évolution de la société numérique belge en lien avec les objectifs du plan numérique 2020 et le « Digital Agenda for Europe ». Le Baromètre 2017 a été publié en novembre dernier. Nous proposons une brève revue des principaux indicateurs liés aux usages et compétences des individus.

85 % DES BELGES UTILISENT RÉGULIÈREMENT INTERNET

Selon cette enquête, 85 % des ménages disposent d’une connexion internet (soit une progression de 1,5 points par rapport à l’an passé) et 97 % d’entre eux, soit quasi la totalité, utilisent une connexion à haut débit (chiffre stable). Les ménages avec enfant(s) enregistrent un taux nettement supérieur avec 95 % (chiffre stable) contre 81 % (+4 points) pour les ménages sans enfant.

84 % des Belges (+0,5 point) utilisent régulièrement internet en ce sens qu’ils se connectent au moins une fois par semaine, contre 79,2 % (+2,8 points) pour la moyenne de l’UE. L’Agenda Numérique Européen avait fixé comme objectif de faire passer l’utilisation régulière de l’internet à 75 % d’ici 2015. La Belgique remplit cet objectif depuis 2011. La Belgique reste à la 9e place de l’UE pour cet indicateur qui entre dans la composition de l’indice européen DESI.

LA FRACTURE NUMÉRIQUE TOUCHE ENCORE 11,2 % DES BELGES.

11,2 % (-1,4 point) des individus de 16 à 74 ans établis en Belgique n’ont jamais utilisé internet en 2016. Le DAE avait fixé comme objectif de réduire de moitié au niveau de l’UE, d’ici à 2015, la proportion de la population qui n’a jamais utilisé l’internet pour passer à 15 %. En Belgique, la fracture numérique a oscillé autour de ce seuil (15 %) entre 2011 et 2013 puis elle est passée en-dessous (13 %) depuis 2014 « sans descendre au dessous du seuil psychologique de 10% ».

Les personnes défavorisées constituent les principales catégories de population victimes de la fracture numérique.

« Le niveau de revenu du ménage constitue un facteur discriminant : la fracture numérique touche un quart (25,7 %) de la population dont le ménage dispose d’un faible revenu contre à peine 1,8 % de la population dont le ménage dispose d’un revenu élevé. « 

« Le niveau d’éducation constitue un autre facteur discriminant : la fracture numérique est quasi éradiquée de la population ayant béné cié d’un niveau élevé d’éducation (1,1 %) tandis qu’elle est encore présente chez un quart des personnes ayant un faible niveau d’éducation (25,4 %). Un examen des écarts hommes-femmes montre que la fracture numérique touche un peu plus les femmes ayant reçu un faible niveau d’éducation que les hommes du même niveau d’éducation. »

En 2016, deux tiers des particuliers âgés de 16 à 74 ans établis en Belgique ont utilisé internet pour communiquer sur des réseaux sociaux (80%) (+ 13,3 points), contre un sur deux (50 %) au niveau européen. La Belgique obtient la 3ème place du DESI pour les réseaux sociaux en 2016.

55,2 % DES BELGES ONT FAIT DES ACHATS EN LIGNE EN 2015

Ils étaient 21,3 % en 2008. L’Agenda Numérique Européen avait fixé comme objectif d’ici à 2015 que 50 % de la population devrait avoir effectué des achats en ligne. La Belgique a atteint cet objectif depuis 2014. 64,2 % des internautes établis en Belgique ont commandé des biens et/ou services sur internet en 2015. La Belgique se situe légèrement en dessous de la moyenne européenne (65,3 %) et se positionne à la 12e place de l’UE.

44,8 % des Belges ont utilisé leur carte d’identité électronique (eID) à l’aide d’un lecteur de carte d’identité en 2015, contre 43,5 % en 2014. Plus d’un Belge sur deux (52,1 %) a utilisé internet pour ses relations avec les services publics en 2015. 33,8 % des Belges ont renvoyé des formulaires remplis aux administrations publiques via internet.

61 % DES BELGES POSSÈDENT DES COMPÉTENCES NUMÉRIQUES GÉNÉRALES DE BASE OU AVANCÉES

La proportion de Belges disposant de compétences numériques quel que soit le niveau (faible, de base, avancé) est plus élevée que la moyenne européenne (56 %).

Cet indicateur est utilisé dans le calcul du DESI (volet « Capital humain »). La Belgique obtient la 9eplace de l’UE pour cet indicateur (+1 place).

Un baromètre triplement intéressant

Comme nous le soulignions dans le premier article sur le baromètre de 2016 : « L’exploitation systématique des Enquêtes communautaires conduites par Statistics Belgium (enquête TIC ménages et individus et enquête Utilisation des TIC et de l’e-commerce dans les entreprises), est complétée, pour certains indicateurs, par les données issues du Service public fédéral Économie, de l’Office national de la sécurité sociale (ONSS), de la Banque nationale de Belgique, du Bureau Van Dijk et de DNS Belgium.

Le Baromètre, ensuite, se donne l’objectif de comparer les performances belges avec celles des autres pays de l’Union. A cette fin, il s’appuie sur l’indice européen DESI relatif à l’économie et à la société numériques. Le DESI a été élaboré par la Commission européenne pour évaluer l’évolution des pays de l’UE vers une économie et une société numériques. Sous cet angle, la Belgique se maintient, selon l’indice DESI, en 5e position parmi les 28 Etats membres de l’UE. Le Plan « Digital Belgium se donne l’objectif d’atteindre la 3e place dans le classement européen DESI.

S’agissant de la mesure des compétences numériques, le Baromètre s’appuie sur le référentiel européen Digital Skills Indicator. »

Les chapitres du Baromètre 2017

  • Rappel des priorités thématiques
  • Objectifs à l’horizon 2020 : DESI
  • Economie numérique : commerce électronique, plaintes et signalements, obstacles au commerce électronique, accès et connexion internet, utilisation d’internet, cloud computing, réseaux sociaux, équipement TIC, utilisation TIC, secteur TIC, brevets, start-ups,
  • Infrastructures numériques : internet à haut-débit, marché des télécommunications, évolution des prix des services de télécommunication, comparaison de tarifs avec les pays voisins, noms de domaines
  • Compétences et emplois numériques : compétences numériques des individus, entreprises,
  • Confiance dans le numérique et sécurité numérique : sécurité des entreprises sur internet, sécurité des individus sur internet, cybercriminalité
  • Pouvoirs publics numériques : ménages et individus, Tax-on-web, services publics en ligne
  • Comparaison internationale : Union européenne (28 pays), OCDE (35 pays), IDI-ICT Development Index (175 pays)
  • Evolution des principaux indicateurs (2014-2016) : ménages et individus (6-74 ans), entreprises (occupant au moins 10 personnes), sécurité, e-skills, télécommunications et infrastructures, indice relatif à l’économie et à la société numériques (DESI), Digital Agenda for Europe (DAE) – Objectifs de performance essentiels
  • Sources principales

 

 

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter

  • RT @MissionSoNum: Vous pouvez désormais échanger avec nous sur Facebook à propos, notamment, de la consultation nationale pour l'inclusion…
  • RT @FranceTHD: « L’arrivée du très haut débit est indispensable pour l’attractivité de nos territoires » André Accary, président de la SPL…
  • RT @MissionSoNum: Voilà un chiffre qui parle de lui-même et qui nous prouve que nous devons tout faire pour réduire la fractu#numeriqueque.…