Select Page

Le Conseil de développement de l’agglomération briochine et du pays de Saint-Brieuc a mené en 2016 un travail prospectif sur l’impact du numérique dans la transformation de son territoire d’intervention.

L’accès aux droits et les risques d’exclusion au coeur des enjeux

Le premier cahier porte sur le déploiement des usages et services numériques « pour mieux vivre ensemble », et plus précisément le lien entre numérique et accès aux droits. Plusieurs acteurs du territoire ont été mobilisé  lors de temps d’échange et de débat pour alimenter la réflexion : administrations et collectivités territoriales, médiateurs numériques, acteurs sociaux, syndicats de salariés, associations, centres de recherche,…

Les constats croisent des enjeux nationaux. L’accès au numérique et devenu autant un droit (au sens d’un besoin essentiel) qu’un devoir (certaines démarches administratives ne sont font plus qu’en ligne).

Cet état de fait questionne la responsabilité des pouvoirs publics dans la promotion et l’accompagnement de l’accès, des usages et des services, d’autant plus avec  l’existence d’inégalités numériques renforçant souvent d’autres formes d’exclusion sociale.

La culture numérique, au-delà des compétences techniques

L’étude propose une approche sociale de la culture numérique : en effet le numérique impacte l’organisation du travail dans les administrations, les entreprises petites ou grandes et nécessite une adaptation de tous (citoyens, salariés, agents, dirigeants, clients, entrepreneurs). Si les connaissances techniques font partie de la culture numérique de base, « les connaissances des potentialités du numérique dans leur ensemble (accès aux droits et services, information), capacité critique quant aux contenus diffusés et à la protection des données personnelles, l’apprentissage de nouvelles formes de coopération, d’interactivité et de participation » sont également considérées comme incontournables.

Des ressources physiques et humaines pour la culture numérique

L’étude propose finalement des préconisations pour la diffusion de la culture numérique de base au travers d’un « parcours d’apprentissage numérique ». Ce parcours s’articule autour :

  • des lieux ressources comme les EPN, les écoles et universités, les centres de formation,… qui proposent l’accès à des équipements numériques et les espaces publics qui proposent des accès à internet (wi-fi)
  • des dispositifs comme la formation en entreprise ou la formation individuelle
  • des compétences et ressources humaines de la médiation numérique
  • des méthodes comme la prise en compte des besoins des usagers dans la conception des outils et services numériques

Enfin, ce parcours doit s’inscrire dans un projet collectif de diffusion de la culture numérique territorial, et dans la lutte contre le non-recours aux droits.

Focus sur l’emploi et les façons de travailler

Le second cahier propose un focus sur l’impact du numérique sur l’emploi et les façons de travailler dans le pays de Saint-Brieuc.

L’enjeu souligné est d’abord celui des usages, et non plus celui du débit. Le numérique est abordé de manière large et aux travers de 3 réalités important les métiers et les façons de travailler : la robotisation et l’automatisation qui font évoluer les métiers, les façons de travailler et les conditions de travail, le rapport aux données dont la récolte et l’exploitation devient un objectif pour de nombreuses entreprises, et la transmission des ordres et les échanges au sein des entreprises dans la mesure où les modalités de socialisation en internet évoluent et peuvent impacter les façons de travailler.

L’étude constate que l’emploi salarié et les emplois non numériques sont largement majoritaires sur le territoire et c’est donc ces catégories sur lesquelles il s’agit avant tout de réfléchir. Au travers de 9 témoignages, des impacts variés sont recensés, comme par exemple l’hybridation des métiers traditionnels avec le numérique. Si certains emplois disparaissent du fait de la robotisation, d’autres métiers restent nécessaires (charcutier, couvreur, maçon sont quelques exemples). Néanmoins, les outils de travail évoluent et se numérisent, appelant de nouvelles compétences : maintenance et paramétrage des machines, communication de données numériques,… Concernant les conditions de travail, le numérique est porteur de certaines améliorations (réduction de la pénibilité et des risques) mais aussi de nouveaux risques : assujettissement du travailleur à la machine (rythme), individualisation des tâches réduisant les relations humaines,…

Le rapport insiste sur la difficulté de tous à anticiper l’impact du numérique sur le travail et l’activité des entreprises. Parmi les préconisations, la construction d’une démarche commune d’appropriation de la culture numérique est centrale.

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter